Aller au contenu principal
04 mai 2019 - 29 septembre 2019

Exposition Bannir le vert à l'Artothèque

  • Artothèque
  • 09H00  - 17H00
  • Gratuit
2019-09-29 17:00:00 2019-09-29 17:00:00 Exposition Bannir le vert à l'Artothèque Présentation Serait-ce le hasard ? Les films de Mounir Allaoui sont le fruit de résidences d’artiste dans des lieux forts de leur histoire et de leur valeur patrimoniale. Parcs et jardins sont le terreau d’une ample réflexion qui fournit à l’artiste un vaste champ d’investigation à la fois artistique, poétique, scientifique, historique et philosophique. Un coup de dés ? Ce sont sûrement des coïncidences qui ont permis au jeune vidéaste de sillonner la France à travers son patrimoine historique en qualité d’artiste et d’y résider en 2011 au Château La Borie, en 2015 au Parc Jean-Jacques Rousseau, en 2016 à la Saline Royale d’Arc-et-Senans et enfin en 2017 de retour à La Réunion où il s’imprègnera du patrimoine de l’île à l’Artothèque. Ce sont cinq jardins, cinq « espaces verts » de cette couleur végétale qui apaise, celle de la nature. Il n’est pas fortuit que le tire de cette exposition soit emprunté au célèbre et transgressif cinéaste japonais Nagisa Oshima qui disait du vert qu’il adoucit le coeur des gens : « Le vert édulcore les sentiments des Japonais. Cela m’a paru indubitable. C’est pourquoi j’ai totalement banni cette couleur ». Le cinéma de Mounir Allaoui, épris de culture japonaise, s’est plutôt orienté vers l’esthétique tranquille des grands cinéastes comme celle de Yasujiro Ozu (1903-1963) connu pour ses films épurés et sobres à la recherche de sérénité. C’est tout naturellement que l’artiste s’est plongé dans le vert qui sied à sa nature vagabonde et à sa fantaisie poétique. Le long des allées verdoyantes et des sentiers dissimulés, Mounir Allaoui promène sa caméra, balaie le paysage comme un peintre mélangeant ses couleurs. L’artiste nous rapporte des oeuvres dont la légèreté laisse deviner la séduisante complexité à travers une constante formelle et esthétique. L’Artothèque se félicite du partenariat avec de FRAC-Réunion, le Ciné-Campus de l’Université de La Réunion, l’association Les mondes du cinéma et l’Association Hang’art de Saint-Pierre qui accueillera l’une des installations vidéo de Mounir Allaoui dans la galerie de Saint Pierre pendant le mois de septembre 2019. Ce sont 5 oeuvres vidéographiques de Mounir Allaoui, oeuvres inédites et conçues spécialement pour cette exposition à Saint-Pierre. Toujours à cette occasion nous recevrons des personnalités de haut rang dans l’univers de l’Art contemporain : Madame Christine Von Assche, conservateur en chef du Centre G. Pompidou à Paris, Spécialiste des Nouveaux Médias et Monsieur Olivier Hadouchi, chercheur et enseignant, historien du cinéma. En septembre, ces deux personnalités animeront un cycle de projections art vidéo-cinéma suivies de conférences débat sur le thème : « Mouvements de l’image/Mouvements de révolte » Caroline de Fondaumière Directrice de l’Artothèque   En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet) Artothèque CDR admin@extension-interactive.com Indian/Reunion public Ajouter à mon calendrier 2019-09-29 13:00:00 2019-09-29 13:00:00 Exposition Bannir le vert à l'Artothèque Présentation Serait-ce le hasard ? Les films de Mounir Allaoui sont le fruit de résidences d’artiste dans des lieux forts de leur histoire et de leur valeur patrimoniale. Parcs et jardins sont le terreau d’une ample réflexion qui fournit à l’artiste un vaste champ d’investigation à la fois artistique, poétique, scientifique, historique et philosophique. Un coup de dés ? Ce sont sûrement des coïncidences qui ont permis au jeune vidéaste de sillonner la France à travers son patrimoine historique en qualité d’artiste et d’y résider en 2011 au Château La Borie, en 2015 au Parc Jean-Jacques Rousseau, en 2016 à la Saline Royale d’Arc-et-Senans et enfin en 2017 de retour à La Réunion où il s’imprègnera du patrimoine de l’île à l’Artothèque. Ce sont cinq jardins, cinq « espaces verts » de cette couleur végétale qui apaise, celle de la nature. Il n’est pas fortuit que le tire de cette exposition soit emprunté au célèbre et transgressif cinéaste japonais Nagisa Oshima qui disait du vert qu’il adoucit le coeur des gens : « Le vert édulcore les sentiments des Japonais. Cela m’a paru indubitable. C’est pourquoi j’ai totalement banni cette couleur ». Le cinéma de Mounir Allaoui, épris de culture japonaise, s’est plutôt orienté vers l’esthétique tranquille des grands cinéastes comme celle de Yasujiro Ozu (1903-1963) connu pour ses films épurés et sobres à la recherche de sérénité. C’est tout naturellement que l’artiste s’est plongé dans le vert qui sied à sa nature vagabonde et à sa fantaisie poétique. Le long des allées verdoyantes et des sentiers dissimulés, Mounir Allaoui promène sa caméra, balaie le paysage comme un peintre mélangeant ses couleurs. L’artiste nous rapporte des oeuvres dont la légèreté laisse deviner la séduisante complexité à travers une constante formelle et esthétique. L’Artothèque se félicite du partenariat avec de FRAC-Réunion, le Ciné-Campus de l’Université de La Réunion, l’association Les mondes du cinéma et l’Association Hang’art de Saint-Pierre qui accueillera l’une des installations vidéo de Mounir Allaoui dans la galerie de Saint Pierre pendant le mois de septembre 2019. Ce sont 5 oeuvres vidéographiques de Mounir Allaoui, oeuvres inédites et conçues spécialement pour cette exposition à Saint-Pierre. Toujours à cette occasion nous recevrons des personnalités de haut rang dans l’univers de l’Art contemporain : Madame Christine Von Assche, conservateur en chef du Centre G. Pompidou à Paris, Spécialiste des Nouveaux Médias et Monsieur Olivier Hadouchi, chercheur et enseignant, historien du cinéma. En septembre, ces deux personnalités animeront un cycle de projections art vidéo-cinéma suivies de conférences débat sur le thème : « Mouvements de l’image/Mouvements de révolte » Caroline de Fondaumière Directrice de l’Artothèque   En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet) Artothèque CDR admin@extension-interactive.com Indian/Reunion public
Je m'inscris à l'évènement
Affiche de l'exposition Affiche de l'exposition

Présentation

Serait-ce le hasard ? Les films de Mounir Allaoui sont le fruit de résidences d’artiste dans des lieux forts de leur histoire et de leur valeur patrimoniale. Parcs et jardins sont le terreau d’une ample réflexion qui fournit à l’artiste un vaste champ d’investigation à la fois artistique, poétique, scientifique, historique et philosophique. Un coup de dés ?

Ce sont sûrement des coïncidences qui ont permis au jeune vidéaste de sillonner la France à travers son patrimoine historique en qualité d’artiste et d’y résider en 2011 au Château La Borie, en 2015 au Parc Jean-Jacques Rousseau, en 2016 à la Saline Royale d’Arc-et-Senans et enfin en 2017 de retour à La Réunion où il s’imprègnera du patrimoine de l’île à l’Artothèque.

Ce sont cinq jardins, cinq « espaces verts » de cette couleur végétale qui apaise, celle de la nature.
Il n’est pas fortuit que le tire de cette exposition soit emprunté au célèbre et transgressif cinéaste japonais Nagisa Oshima qui disait du vert qu’il adoucit le coeur des gens : « Le vert édulcore les sentiments des Japonais. Cela m’a paru indubitable. C’est pourquoi j’ai totalement banni cette couleur ».

Le cinéma de Mounir Allaoui, épris de culture japonaise, s’est plutôt orienté vers l’esthétique tranquille des grands cinéastes comme celle de Yasujiro Ozu (1903-1963) connu pour ses films épurés et sobres à la recherche de sérénité. C’est tout naturellement que l’artiste s’est plongé dans le vert qui sied à sa nature vagabonde et à sa fantaisie poétique.

Le long des allées verdoyantes et des sentiers dissimulés, Mounir Allaoui promène sa caméra, balaie le paysage comme un peintre mélangeant ses couleurs. L’artiste nous rapporte des oeuvres dont la légèreté laisse deviner la séduisante complexité à travers une constante formelle et esthétique.

L’Artothèque se félicite du partenariat avec de FRAC-Réunion, le Ciné-Campus de l’Université de La Réunion, l’association Les mondes du cinéma et l’Association Hang’art de Saint-Pierre qui accueillera l’une des installations vidéo de Mounir Allaoui dans la galerie de Saint Pierre pendant le mois de septembre 2019.
Ce sont 5 oeuvres vidéographiques de Mounir Allaoui, oeuvres inédites et conçues spécialement pour cette exposition à Saint-Pierre.

Toujours à cette occasion nous recevrons des personnalités de haut rang dans l’univers de l’Art contemporain :
Madame Christine Von Assche, conservateur en chef du Centre G. Pompidou à Paris, Spécialiste des Nouveaux Médias et Monsieur Olivier Hadouchi, chercheur et enseignant, historien du cinéma.

En septembre, ces deux personnalités animeront un cycle de projections art vidéo-cinéma suivies de conférences débat sur le thème :
« Mouvements de l’image/Mouvements de révolte »

Caroline de Fondaumière
Directrice de l’Artothèque

 

En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet)

+

Je propose un évènement

+

S'inscrire à l’évènement

+

Je propose ma vidéo