Aller au contenu principal

16 octobre 2018 - -> Week-ends Nature : le programme est en ligne : réservez votre visite guidée, + d'infos dans notre Agenda et dans la rubrique 'Nos compétences / Environnement '           -> Il y a 100 ans, le 5 octobre 1918, l'aviateur Roland Garros mourait au combat. A l’occasion du centenaire de sa disparition, les Archives départementales proposent une exposition retraçant sa vie. + d'infos dans la rubrique 'Nos compétences / Culture'          -> Pour vos demandes de subvention Associations culturelles et sportives : inscrivez-vous en ligne jusqu'au 31 octobre : rubrique 'Vos services en ligne'        -> Fermeture de l'Artothèque tous les week-ends et jours fériés jusqu'en novembre 2018.         -> Les inscriptions pour le transport scolaire des élèves et étudiants en situation de handicap pour la rentrée 2018/2019 sont effectives (rubrique 'Nos compétences / Routes')            -> Net Bourses, site d'inscription en ligne pour les aides aux étudiants : inscriptions ouvertes pour l'année universitaire 2018-2019, rendez-vous sur notre site internet Net Bourses

11 mai 2018

Résidence Patrimoine et création # 1 Charly Lesquelin et Charles Prime - 2018

reproduction des oeuvres de Charly Lesquelin et de Charles Prime
Traces fantômes, Oeuvres de Charly Lesquelin
Un peu de bleu dans le paysage, Œuvres de Charles Prime

Dans le cadre de sa politique culturelle, le Département a inscrit dans son projet de mandature une mesure forte en faveur des artistes contemporains : les Résidences patrimoine et création. Assurant la gestion des plus anciennes structures culturelles de La Réunion qui possèdent de riches collections, la collectivité a souhaité que ce patrimoine nourrisse l’inspiration des plasticiens, des musiciens, des écrivains et autres créateurs de l’île dans le cadre de résidences dans ces institutions.

 

Deux peintres ont été retenus par le Musée Léon Dierx : Charly Lesquelin et Charles Prime. Ils restituent au musée du 18 mai au 26 août 2018 leurs œuvres inspirées des dessins, peintures et photographies sur les Hauts de l’île en possession du musée et des Archives départementales de La Réunion.

Commissaire de l’exposition
Bernard Leveneur, directeur du musée Léon Dierx

 

CHARLY LESQUELIN / Traces fantômes

 

L’intérieur de l’île a façonné l’imaginaire de Charly Lesquelin et nourri son désir de paysages. Aperçus dès l’enfance lors de ses déambulations dans la montagne, les sentiers, grottes, ilets et rochers deviennent les traces et les empreintes d’un récit sans représentation iconographique : celui des esclaves marrons épris de liberté qui hante l’esprit de l’artiste.

 

Au-delà des références à l’histoire de l’île, source d’une colère artistique dans un premier temps exprimée dans une effusion de couleurs, les paysages de Lesquelin sont ici le reflet d’une âme qui s’est apaisée au contact d’autres références culturelles liées au bouddhisme. C’est l’art de la calligraphie qui s’immisce dans l’œuvre : l’encre de Chine, la légèreté du trait, le geste suspendu qui laisse inachevé le dessin.

 

La résidence au musée Léon Dierx a été aussi l’occasion d’une redécouverte des collections historiques du musée, notamment des paysages du peintre Adolphe Le Roy (1832-1892). Dans sa démarche, Charly Lesquelin se réfère à l’histoire de l’art à La Réunion et aux artistes du XIXe siècle inspirés par la nature grandiose de l’intérieur de l’île.

 

En noir et blanc ou en camaïeux de gris au gris de payne, le cœur de l’île est idéalisé comme un Eden, celui d’une Eve et d’un Adam marrons. On suit la trace du couple originel réinterprété, sur les sentiers, dans les grottes, dans les ilets. Mais ce paradis est aussi aux portes de l’enfer : les noirs profonds nous plongent dans l’abîme de l’histoire du peuplement de l’île.

 

Les détails de la végétation, les éléments minéraux, les pierres volcaniques au fond d’un ravin, semblent proches, comme dessinés sur le vif, sur le motif. Mais tout n’est que recomposition dans une démarche artistique sur les traces de la peinture académique. Enfin, les grands panoramas imaginaires de Charly Lesquelin se réfèrent aussi à l’univers de la bande dessinée féérique qui passionne l’artiste.

 

Traces fantômes est la synthèse de tout cela.

 

 

 

CHARLES PRIME / Un peu de bleu dans le paysage

 

Les passions de Charles Prime pour la randonnée et pour la peinture de paysages du XVIIe siècle ou de la période romantique, sont à l’origine de sa pratique picturale.

 

Peignant les sites naturels qu’il parcourt, ses tableaux se sont progressivement éloignés de ses références artistiques, afin d’y ajouter des éléments plus personnels, notamment l’interaction des hommes dans le paysage ou sur le paysage : la manière dont ils le contemplent, le photographient, l’arpentent, l’aménagent ou ne le regardent pas. De peintre de paysage obsédé par la beauté du point de vue, Charles Prime s’est mis à regarder les gens qui regardent un paysage.

 

Il peint donc des scènes : scènes en montagne, scènes touristiques, scènes de voyage… Les compositions de ses tableaux reconstituent un évènement ou une émotion. Les personnages dans les paysages de Charles Prime prennent une photo, scrutent l’horizon en mangeant des pâtes ou sont concentrés sur l’écran de leur téléphone portable : ils sont absorbés par leur propre action. Ils ignorent le spectateur, ouvrant un espace intime et personnel dans l’espace partagé et immuable du paysage. Prenant à revers la tradition de la peinture de paysage où l’admiration de ce qui est peint prime, ces personnages attirent le regard du spectateur hors du cadre, sur un élément auquel le spectateur n’a pas accès.

 

La résidence de Charles Prime au musée Léon Dierx s’inscrit en partie dans la suite de l’exposition Au cœur d’une île, les artistes et les Hauts de La Réunion au XIXe siècle. Cinq toiles exposées ici, s’inspirent de photographies anciennes pour créer des scènes où il joue du contraste ironique entre l’immuabilité des paysages et l’actualité des situations décrites mais dans une volonté simple de peindre la vie moderne, telle qu’elle est.

 

Omniprésents lorsqu’on part en voyage ou en randonnée, drones, téléphones portables, panneaux touristiques ou marques de vêtement se retrouvent alors naturellement dans sa peinture sans que l’artiste n’en maitrise la signification.

 

 

Musée Léon Dierx

28 rue de Paris
T 0262 20 24 82
Musee.dierx@cg974.fr

Vous aimerez aussi...

+

S'inscrire à l’évènement

+

Je propose ma vidéo