08 oct. 2021

Sébastien Nativel, pilote de chasse réunionnais sur Rafale : 1000 sourires au Département - 2021

Le capitaine Sébastien Nativel alias Babouc, pilote de chasse Réunionnais sur Rafale, a partagé un temps d’échange ce vendredi 8 octobre avec le Président Cyrille Melchior, accompagné des élus de la Collectivité et du Conseil Départemental des Jeunes.

Parrain de l’association « 1000 sourires », présidée par Ibrahim Ingar, Sébastien Nativel a présenté son parcours et ses expériences professionnels : « Je voudrais dire aux jeunes que je suis devenu pilote de chasse avec un BAC obtenu au lycée Roland Garros avant de m’envoler pour la Métropole accomplir mon rêve. J’ai décroché mon brevet de pilote à l’âge de 22 ans et j’ai été sur le théâtre d’opérations militaires. Ma carrière m’a amené à être aux commandes de plusieurs types d’avions et je suis devenu pilote démonstrateur, un des 5 pilotes français habilités à présenter le Rafale, fleuron de l’aviation française, en meeting aérien national et international ».

Répondant aux questions des jeunes, Babouc a insisté sur l’importance du travail d’équipe, la maîtrise du risque et la bonne gestion du stress. « Les clés du succès sont la motivation, la remise en question, la préparation, la répartition des rôles et le travail d’équipe bienveillant », des principes applicables dans la vie de tous les jours.

Cyrille Melchior a salué le parcours d’excellence de ce Réunionnais, Tamponnais, ancien membre du Conseil Général des Jeunes : « vous êtes une fierté pour notre île et un exemple pour notre jeunesse ».

Au cours de son séjour, le Capitaine Sébastien Nativel a participé à diverses opérations pour les enfants avec les bénévoles de « son association de cœur » 1000 Sourires.

 

Rencontre avec :

Sébastien Nativel, pilote de chasse

 

La comparaison avec Tom Cruise dans le cultissime film « Top Gun » est inévitable.  Le capitaine Sébastien « Babouc » Nativel, pilote de chasse et présentateur technique du Rafale de l’Armée de l’Air a l’étoffe d’un héros. Celui d’un petit garçon qui a vu le jour sur la commune du Tampon et qui a fait du rêve de son frère une réalité. Engagé aux côtés de l’association « 1000 sourires » mais aussi pour d’autres causes, il a hissé fièrement aux quatre coins de la planète le "drapeau" Réunionnais. Retour sur un parcours exceptionnel qui a su mettre La Réunion en l’air ! 

 

De l’île de La Réunion à Saint Dizier, quel a été votre parcours ?

J’ai immédiatement quitté La Réunion après mon baccalauréat car je savais déjà quel cursus je voulais épouser dans l’armée de l’air pour devenir pilote de chasse. Je suis donc arrivé en métropole à l’âge de 18 ans et j’ai immédiatement passé les sélections de pilote militaire. Après une longue formation, j'ai obtenu une première affectation sur Mirage 2000 à Istres. J’ai ensuite été successivement affecté sur Alphajet à Cazaux comme instructeur, sur Mirage 2000 à Nancy puis sur Rafale à Saint Dizier.

 

Quel est votre plus beau souvenir ?

Sans aucun doute mon vol au dessus de l’île de La Réunion. Un rêve de gosse s’est réalisé. Il a fallu de nombreuses années et beaucoup de travail pour y arriver. Un moment magique.

 

Y a-t-il un avion que vous rêveriez de piloter un jour ?

Oui. Comme vous l’avez compris, je marche au rêve et je me fixe des objectifs. L’un d’entre eux est de reconstruire une réplique du Farman 192 de Marcel Goulette, premier avion ayant relié la métropole à La Réunion en 1929. J’espère même pouvoir refaire le vol en 2029 pour commémorer les 100 ans de l’aviation à La Réunion. C’est un projet très ambitieux qui allie mes deux passions: mon île et l’aviation. Nous verrons bien si j’y parviens...

 

Vous avez été Conseiller Départemental Jeunes, en quoi cette expérience vous a servi dans votre parcours personnel et professionnel ?

Effectivement, j’ai été conseiller général des jeunes (c’était la formule alors consacrée) à l’âge de 14-15 ans. Je faisais partie de la commission sanitaire et sociale. L’élocution en public, le sens des responsabilités, l’empathie ont été autant de traits qui m’ont aidé dans mon futur métier. 

 

Lors de votre récente visite à La Réunion vous avez eu l’occasion de rencontrer des jeunes, est-ce un moment particulier d’échange pour vous ?

J’étais sur l’île en tant que parrain de l’association « 1000 Sourires ». C'’était donc l’objet même de ma venue. J’ai eu la chance de réaliser mes rêves les plus fous.  Garder ces rêves pour moi n’aurait aucun sens selon moi. Il est donc temps de partager mon expérience avec la nouvelle génération. J’ai eu des moments magiques et très émouvants avec des classes de primaires et d’autres tout aussi incroyables avec des collégiens très curieux. Voir ces étoiles dans les yeux, ces sourires, c'est pour moi une grande récompense.

 

Que conseilleriez-vous  à un jeune qui rêverait comme vous de devenir pilote ?

Selon moi, ce qui compte avant tout, c’est de se fixer des objectifs. Comme tout autre rêve, celui de devenir pilote demande beaucoup de travail et d’investissement. Le principal conseil que je donnerais est donc d’être motivé avant tout, quel que soit le métier que l’on souhaite exercer. Il faut le vouloir. C’est par là que tout commence. Ensuite, la remise en question et l’humilité sont les bases de ce métier très exigeant.

 

Vous prenez votre « retraite » de l’armée le 1er avril prochain (2022) quels sont vos projets ?

Rester dans un cockpit. Continuer à voler. Voilà ce que je souhaite le plus au monde. Pour les détails, je verrai ce que l’avenir me réserve...

Refuse Résiste : la campagne de sensibilisation et de prévention contre les addictions