27 mai 2020

« Plan Masques » Un premier atelier de fabrication de masques en tissu avec le Syndicat de la Couture Réunionnaise - 2020

Le Président du Département regarde les masques fabriqués dans le gymnase
Le Président du Département regarde les masques fabriqués dans le gymnase
Le Président du Département teste la confection de masque Le Président du Département teste la confection de masque

Ce mercredi 27 mai, le Président du Département s’est rendu à la Rivière Saint-Louis et plus particulièrement au gymnase du collège Hégésippe Hoarau pour visiter l’atelier départemental de fabrication de masques en tissu mis en place avec le partenariat du Syndicat de la Couture Réunionnaise. C’est dans le cadre du « Plan Masques » voté en Commission permanente le 29 avril dernier, que cette coopération a été décidée pour amplifier la production de ces objets, à travers une production semi-industrielle.

« La mise en place de ce Plan est nécessaire. Il était urgent de trouver des solutions pour protéger notre personnel et nos publics prioritaires et d'investir de nouveaux champs de compétences. Le déploiement d’une production à l’échelle semi industrielle initiée avec le partenariat du Syndicat de la Couture Réunionnaise est une grande satisfaction car il permet de donner aux bénéficiaires du RSA la possibilité de reprendre une activité sans perdre leur allocation, voire de trouver une vocation et de réaliser des masques nécessaires à la protection des publics fragiles. S'appuyer sur une nouvelle production pour répondre à une urgence sanitaire et accompagner les bénéficiaires du RSA dans une démarche d'insertion, tels sont les objectifs de ce Plan » déclare le Président du Département.

 

15 lignes de production pour ce premier atelier

Depuis le lundi 25 mai, une vraie chaine de production s’est mise en place dans le gymnase. Près de 200 bénéficiaires du RSA, ayant une expérience dans le domaine de la couture ou souhaitant s’insérer dans ce secteur, et tous volontaires pour participer à cette mission d’intérêt général, travaillent et confectionnent des masques en tissu.

5 heures par jour, encadrés par les couturières du Syndicat de la Couture Réunionnaise, ils réalisent ces objets essentiels pour la protection contre le Covid-19.  

Repérés par les services du Département et Pôle Emploi, ils ont ainsi, chacun à un poste de travail et selon leur ligne de production - une quinzaine au total -,  une mission bien précise : traçage avec un gabarit de couture, coulissage, sur-piquage, repassage, …

Pour Danièle Manon, Présidente du Syndicat de la Couture Réunionnaise, cette action est une grande satisfaction « Notre métier était en perdition et le voilà mis en lumière. Cela va relancer notre activité qui était oubliée. Nous nous sentons revalorisés. Aujourd’hui, notre savoir-faire est recherché et utilisé pour la bonne cause. Parallèlement, je ne peux que me réjouir de la démarche du Département qui permet à notre profession de réaliser des masques pour des personnes fragiles. Nous nous associons pleinement à cette chaine de solidarité avec cœur, avec toute notre énergie pour le bien-être de la population réunionnaise. Et puis, ce partenariat nous a permis de découvrir des personnes volontaires, contentes de travailler et fières de réaliser des produits destinés à la protection des Réunionnais » a précisé Danièle Manon, Présidente du Syndicat de la Couture Réunionnaise.

 

Objectif maximum de production : 600 000 masques

Dès le 27 mars, la Collectivité a soutenu diverses initiatives associatives mobilisant des emplois aidés et des bénévoles pour la production de masques en tissu « grand public ». En outre en régie, au sein de son atelier DEFI, le Département a mis au point un prototype de masques en tissu et a engagé sa production.

Toutefois le 29 avril, dans le cadre du "Plan masques", le Département a décidé de renforcer les initiatives des structures de l’économie sociale et solidaire, pour une production dans les meilleurs délais de 131 000 masques, et de porter directement et plus fortement une partie de la production, dans le cadre d’un partenariat avec les professionnels de la couture, en mobilisant les dispositifs d’insertion sur une production de 600 000 masques.

Pour ce faire, un ou plusieurs ateliers d’insertion départementaux seront installés, à l’image de celui de la Rivière Saint-Louis, sur le territoire. Le Département fournit les machines et les matières premières.

« Cette initiative est une réussite. Ces personnes sont en train de vivre une expérience qui leur sera utile et nous tenons à les féliciter pour leurs efforts. Elles doivent continuer à lutter pour leur insertion. Le Département s’est mobilisé, et au-delà de l’installation de cet atelier, nous travaillons avec l’Etat pour la mise en place de plusieurs expérimentations afin de permettre le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA en maintenant, pendant la formation, le versement de leur allocation.  Il est important qu’ils puissent réintégrer le monde du travail, dans les entreprises de l’île voire de créer leur propre activité » précise le Président du Département.

 

Une mobilisation des bénéficiaires du RSA

Pour faciliter la participation des bénéficiaires du RSA volontaires à l'intégration du dispositif, le bénéfice de l’Aide Financière à l’Insertion (AFI) a été élargi à la participation aux actions d’intérêt général et, dans ce cadre, les montants ont été modifiés.  « Nous nous sommes déplacés spontanément. Grâce à cette initiative, le Département nous a donné l’opportunité de participer à l’effort collectif et de montrer que nous étions solidaires en ces temps difficiles » a tenu à faire savoir Dominique, bénéficiaire du RSA et présent à l’atelier de la Rivière Saint-Louis.

 

Version texte de la vidéo :

Ici, c'est tout un gymnase qui s'est transformé en atelier semi industriel de couture. A la rivière Saint-Louis, le département a réalisé, en partenariat avec le syndicat de la couture réunionnaise, ce vaste atelier de fabrication de masques en tissu.

 

« Nous avons ici environ 180-200 personnes qui se sont déplacées spontanément. Ca leur laisse la possibilité précisément de montrer que les gens du rsa sont également solidaires. »

Des couturiers et des couturières, tous bénéficiaires du revenu de solidarité active.

Ces volontaires, en participant à cette mission d'intérêt général, bénéficieront de l'Aide Financière d'Insertion. Une aide départementale, cumulable avec le rsa, comprise entre 456 et 792 euros.

 

Charlotte BOYER Couturière bénéficiaire du RSA

« C’est grâce à Pôle Emploi et comme je suis bénéficiaire du RSA,  on m'a proposé et j’ai dit tout de suite oui. C’était bénéfique pour moi-même. »

 

Live

 

« Je ne savais pas à repasser ni coudre. En Plus, on apprend des choses et puis c’est une belle aventure humaine et financièrement je vais être contente aussi Avec mon défraiement qui m'aide un peu. »

 

15 chaînes de production sont établis, comprenant chacune 12 postes de travail. Au total ce sont près de 200 couturiers qui s'organisent dans cette production de

masques en tissu dont le prototype a été réalisé par l'atelier départemental DEFI.

 

Laure FONTAINE Contrôleuse de chaîne

« La première chose qu'on va leur demander c'est de faire une ligne droite. Ensuite, on va glisser les élastiques donc ça c'est un autre poste.

On ferme, on attache les élastiques avec le masque.

C’est le troisième poste.

Ensuite on retourne tout ça, c'est un quatrième poste. On repasse c'est encore un autre poste, on le plie en deux et on surpique. C'est un poste de plus et ensuite on plie

le masque pour que ça ressemble au masque qui sera porté. 

Et la dernière le dernier poste c'est une surpiqûre de chaque côté. »

 

17 couturières confirmées du syndicat de la couture réunionnaise encadrent et forment ces volontaires.

 

Danièle MANON Présidente du Syndicat de la Couture Réunionnaise

« La plupart des personnes n'avait jamais touché une machine donc moi même je suis étonnée. En trois jours, ce sont des personnes qui ont eu la volonté de faire ces masques la. Et en fait si elles ont une petite passion ça va, ça va plus rapidement. »

 

Cet atelier réalisera 70 000 masques par semaine soit près de 300 000 masques pour un mois de production.

Une production rendue possible grâce au vote en commission permanente, le 29 avril dernier, du plan masques.

L'objectif étant de protéger les agents du département ainsi que les publics vulnérables en leur proposant des masques tout en favorisant des dispositifs d'insertion.

 

Le président du Département

« Nous avons près de 6000 agents qu’il faut équiper en matériels notamment en masques.

Mais aussi pour les travailleurs sociaux, les travailleurs à domicile, pour nos personnes âgées, pour les personnes en situation de handicap.

Nous avons près de 35000 personnes âgées ou en situation de handicap que le département accompagne à travers l’APA, les chèques santé. Et bien on va leur donner des masques tissu pour se protéger et on en donnera aussi aux travailleurs à domicile et après bien sûr les associations.

Nous avons des partenaires comme les CCAS, les associations qui travaillent en lien avec nous, le SDIS, des partenaires institutionnels qui pourront s'approvisionner auprès du département. »

 

Le plan masques prévoit de soutenir une trentaine d'initiatives associatives pour la production de masques en tissu. La collectivité compte ainsi réaliser 600 000 masques par ces ateliers d'insertion, au profit de la population réunionnaise.

 

Un reportage de Mickaël CUVELIER

+

S'inscrire à l’évènement

REFUSE RÉSISTE (en savoir + en cliquant ici)