Aller au contenu principal
26 févr. 2019

Salon International de l'Agriculture à Paris 2019 : visites ministérielles

Aucune journée ne se ressemble au Salon International de l’Agriculture.

Mardi 26 février, c’est la Ministre des Outre-Mer et le Premier Ministre qui ont visité le hall de l’Outre-mer.

De quoi les sensibiliser aux thématiques locales.

Retranscription textuelle de la vidéo :

Discours de la Ministre des Outre-Mer, Annick GIRARDIN :

…quelques-uns qui voudront pousser plus loin avec les élus du territoire, avec les représentants du monde agricole…

 

Commentaire :

Aligné comme un seul homme les représentants de La Réunion sont attentifs à la ministre de l'outre-mer.

 

Daniel BERTOM, Président de l’ODÉADOM :

L’ODÉADOM gére les financements européens en direction des DOM, on pense beaucoup au POSEI, mais il y a également d’autres financement qui passent par l’ODÉADOM. Et donc c'est un organisme payeur pour tout l’Outre-Mer et qui, et ça c'est très important pour nous de maintenir un organisme comme ça au sein de l'État français parce que ça nous permet effectivement de, de mieux cibler les problématiques que nous avons chez nous.

 

Commentaire :

Et parmi le cortège Olivier a tenu à être présent, il est producteur de bananes et transformateur à Colimaçons Saint-leu.

 

Olivier SAUTRON, Entreprise  Bananeraie Bio de Bourbon :

C’est quand même positif dans la réflexion. je pense que ça va se faire mais le problème c'est que ça va se faire, ça va se faire mais plus vite ce serait le mieux quoi. Pour pas attendre que, comme on dit cabri y mange salade toujours.

 

Commentaire :

La ministre attaque ainsi son tour des stands de l'Outre-Mer, et rapidement nos représentants dirigent les débats.

 

« Dans ce genre d'exploitation ce qui est remarquable, ce sont des gens qui produisent et qui transforment. Toute la plus-value est captée entièrement par l’agriculteur. »

 

« Vanille de La Réunion, ça va s'appeler comme ça. et maintenant ce sera vanille de La Réunion mais la première vanille européenne… »

 

Commentaire :

Une occasion d'interroger les exposants sur leur message à l'exécutif.

 

Willy BOYER, Président de la coopérative Pro Vanille :

On a tellement de difficultés administratives dans les dossiers, la lourdeur de l'administratif. Si tout ça serait simplifié, en un mois tout est réglé pour que les projets aboutis, ben mi pense que n'aurait beaucoup plus de développement agricole, n'aurait beaucoup plus de développement économique.

 

Christian BARET, Président SCA Fruits de La Réunion :

Dans notre domaine à La Réunion on rencontre un gros souci de main d’œuvre, je j’aimerais bien que la ministre travaille là-dessus, nous propose des choses, remettre tout le monde au travail je sais pas quelle est la solution, mais on a un souci de main d’œuvre pour très bientôt.

 

Anne-Gaëlle et Guylaine FONTAINE, Entreprise « Saveurs du Petit Alambic » :

Ben le géranium c'est un métier difficile, très difficile et, oui pour m'aider, oui il faudrait que tout ça voilà, sortir de La Réunion, et internationalement faire connaître le Géranium Rosa.

 

Valérie BAUDARD, Entreprise « La Caille blanche » :

On aime innover, on aime créer, et il faut qu'on arrive à mettre en avant La Réunion, et qu'on arrive à reconnaître son savoir-faire et faire savoir qu’on a un savoir-faire.

 

Éric LAVALLE, Entreprise « Lavalle » :

On a le café le plus ancien du monde, on a des nouveautés comme le citron caviar ou poire combava, retenez la qualité et le goût.

 

Cédric DALY, Entreprise « Tradition 974 » :

À La Réunion nous avons envie de travailler, nous avons envie de développer, nous avons, pas souvent on nous donne les moyens pour le faire. En métropole, la France est grande et, il faut nous donner la possibilité de se développer ici.

[Musique]

 

Commentaire :

Entre temps le Premier Ministre est arrivé. La dimension change, compliqué d'être au contact.

 

Serge HOAREAU, Vice-président du Département délégué à l’agriculture :

Nous nous sommes déplacés jusqu'à lui, et on lui a rappelé combien, combien on compte sur notre État membre la France, pour défendre les intérêts de notre pays la France dans la politique agricole commune. Et surtout qu’il y ait un réflexe régions ultrapériphériques, pour La Réunion pour l'ensemble des départements d'outre-mer, c'est essentiel dans les discussions difficiles qui s'annoncent au niveau de l'Europe.

 

Annick GIRARDIN, Ministre des Outre-mer :

L’idée c’est comment ensemble, on construit le nouveau modèle insulaire, le nouveau modèle agricole insulaire, comment on se prépare et on est même dans l'excellence par rapport à la métropole, à l'hexagone sur un certain nombre de références comme le zéro carbone, le zéro déchet, le zéro intrant chimique. Comment on montre, y compris d'ailleurs au monde, qu'en France y a le meilleur, et que cette France là elle se trouve dans les territoires d'outre-mer.

 

Commentaire :

Retraite des agriculteurs, difficultés administratives, distribution équitable de la richesse, développement durable, la tête pleine de sujets mais le ventre plein la Ministre quitte le salon sous le regard du monde agricole réunionnais.

[Musique]

 

Un reportage à Paris d’Alexandre Gilles

Département de La Réunion – 974TV © Avril 2019

 

Vous aimerez aussi...

+

S'inscrire à l’évènement

Je propose ma vidéo