25 févr. 2022

Salon International de l’Agriculture (SIA), Paris 2022 : Nos ambassadeurs péi, prêts à présenter le meilleur de La Réunion

préparation du stand préparation du stand

Visionner le reportage d'actualité :

 

photo

Il fait frais à Paris : la température oscille entre 4 et 10°C ! Mais la chaleur, les couleurs et les saveurs de notre île seront bel et bien au rendez-vous, si l’on se réfère à l’enthousiasme et au dynamisme de nos ambassadeurs péi qui donneront vie au Village Réunion au Salon International de l’Agriculture. Installé au cœur du pavilllon 5.1 « Produits et saveurs de France d’Outre-mer » au Parc des expositions à Versailles, l’espace de 600 m2 est organisé en 6 îlots répartis par famille de produits. Les fruits, épices, confitures, huiles essentielles et produits transformés qui font la renommée de l’île seront présents en quantité mais surtout en qualité. Pour l’édition 2022, le Département et ses partenaires mettent en avant la vanille, « un produit qui fait l’histoire et la fierté de La Réunion » pour reprendre les propos du Premier vice-président du Département délégué à l’Agriculture, Serge Hoareau, qui « invite en premier lieu, Les Réunionnais(e)s qui habitent en France à venir (re)découvrir au Village Réunion le meilleur de nos produits péi. C’est aussi un moment de convivialité à partager avec le monde entier ». En plus de l’agriculture, la cuisine et la musique de La Réunion seront aussi à l’honneur du 26 février au 6 mars au Parc des expositions, Porte de Versailles.

 

Paroles d’exposants

  • Eric Lavalle : « Je vais proposer les épices et produits de La Réunion, baies roses, fleur de sel, galabé, sirop de gingembre, poudre de combava, poudre de piment zoizo, lentilles de Cilaos, sucre roux, vanille bio… C’est ma 4e participation au SIA. À chaque fois, c’est avec grand plaisir et une certaine fierté que je participe à cet événement pour représenter le savoir-faire et le meilleur de La Réunion »

photo

 

  • Marie-Rose Séverin : « Je suis présidente de la Coopérative agricole des huiles essentielles de Bourbon, mon cœur de métier c’est le géranium et je propose aussi des plantes médicinales et de la tisane. J’ai des produits naturels qui viennent du monde entier mais je privilégie les plantes de La Réunion comme le faham, la rose Bourbon, le vétiver. Le SIA, c’est une ouverture sur le monde. En plus de l’exposition, j’ai eu plusieurs rendez-vous avec des sociétés d’ici. J’espère que l’édition 2022 du SIA soit aussi réussie que celle de 2019 qui était un très beau salon ».

photo

 

  • Joris Guédon : « Dans l’équipe de la Brasserie Dalons, on a hâte d’être à demain pour proposer nos produits : la première, Hop Péi qui est brassée avec du houblon réunionnais, est une nouveauté qu’on ne retrouve pour le moment qu’au SIA. La deuxième, c’est une blonde au gingembre et la troisième une blanche avec de la mangue et de la vanille. En terme de volume, nous avons prévu 3 palettes de fûts et une de bouteille. Ça fait à peu près 2000 litres. C’est notre première participation, j’espère que ce se sera pas la dernière et que ça va plaire ! »

photo

 

ODEADOM : « La Réunion, en phase avec les orientations européennes » dixit Serge Hoareau

photo

Le Premier vice-président du Département délégué à l’Agriculture, aux affaires européennes et aux relations Institutionnelles Serge Hoareau a participé hier à Paris au Conseil d’administration de l’Odéadom ou Office de Développement de l’Économie Agricole d’Outre-Mer. A l’ordre du jour de cette rencontre adossée au Salon International de l’Agriculture, figurait l’accompagnement des filières organisées, sachant que l’office est en charge de la gestion des enveloppes du CIOM (Conseil Interministériel de l’Outre-mer) et du POSEI (Programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité). « Nous avons débattu sur les politiques publiques en lien avec ce dispositif de l’Union Européenne. Le ministère de l’Agriculture a rappelé que l’Europe est très vigilante et exigeante par rapport à l’utilisation des fonds. Nous sommes entrés dans une période d’évaluation. Il va falloir justifier l’utilité des aides qui nous ont été accordées. Puis montrer que ces aides ont permis aux régions ultra-marines de gagner en qualité de produits mais aussi dans la diversification et avoir une action forte en direction de l’agriculture biologique. Cela fait partie des objectifs que nous, au niveau du Conseil départemental de La Réunion, nous sommes fixés à travers le plan Agripéi 2030. Nous sommes en phase avec ces orientations européennes » déclare Serge Hoareau.

Plan de mandature du Conseil départemental de La Réunion 2021-2028