19 août 2020

Visite du ministre des outremers : séquence environnement, biodiversité aux Makes, le Département présente un chantier de lutte contre les espèces exotiques invasives - 2020

Le Président du Département Cyrille Melchior, Béatrice Sigismeau Vice-présidente départementale et présidente de la SPL Edden, ont accueilli sur le sentier de l’Aire de bon accueil aux Makes, Bérangère Abba, Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité
Le Président du Département Cyrille Melchior, Béatrice Sigismeau Vice-présidente départementale et présidente de la SPL Edden, ont accueilli sur le sentier de l’Aire de bon accueil aux Makes, Bérangère Abba, Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité
Visite d’un chantier de lutte contre les espèces exotiques invasives Visite d’un chantier de lutte contre les espèces exotiques invasives

C’est aux Makes sur les hauteurs de Saint-Louis et plus précisément sur le sentier de l’Aire de bon accueil que le Président du Département Cyrille Melchior, accompagné de Béatrice Sigismeau Vice-présidente de la Collectivité et Présidente de la SPL EDDEN, a accueilli Bérangère Abba, Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité auprès de la ministre de la Transition écologique et le ministre des Outre-mer. L’objet de ce déplacement, la visite d’un chantier de lutte contre les espèces exotiques invasives, premières menaces exercées sur la biodiversité́ endémique de La Réunion.

Reconnue depuis 2010 au Patrimoine mondial par l’UNESCO pour ses paysages spectaculaires, mais aussi pour sa biodiversité unique et originale, La Réunion est une île où l’ensemble des Pitons, cirques et remparts (42 % de la surface de l’île) contribuent significativement à la conservation de la biodiversité terrestre des Mascareignes.

 

La préservation du patrimoine naturel réunionnais, un enjeu important

En tant que propriétaire du domaine forestier départemento-domanial (92 000 hectares, soit environ 40 % de la surface de l’île), et au titre de sa compétence en matière de préservation et de valorisation des espaces naturels, le Département mène une politique forestière active pour la protection durable des milieux naturels remarquables.

A l’occasion de cette séquence, le Président Cyrille Melchior a ainsi pu rappeler les actions et l’engagement de la Collectivité́ pour la préservation et la valorisation du patrimoine naturel de l’ile en lien avec les gestionnaires. Il a par ailleurs indiqué qu'une sensibilisation des plus jeunes sur la richesse et la fragilité des sites était essentielle « il s'agit d’éduquer et de faire de la pédagogie pour aider au respect des sentiers, de la faune et de la flore qui sont rares et précieuses ». Enfin, il a exprimé son souhait de développer l'insertion, des métiers dans le domaine de l’environnement à travers, notamment, le nouveau dispositif mis en place par la Collectivité, le R+ « j'ai expliqué qu'il fallait profiter de la mise en place du Plan de relance pour que le volet forestier ne soit pas oublié parce que la forêt réunionnaise est une source de richesse patrimoniale qu'il faut protéger mais c'est aussi une niche d'emplois » a déclaré le Président du Département.  

 

La forêt des Makes et l’aire de contrôle intensif : plus de 90 000 € investis

Le Département finance dans le cadre de son programme de restauration écologique pour le massif des Makes (plus de 2100 ha), des opérations de lutte contre les EEE et de sauvegarde des espèces menacées. En 2020, ce sont 3 opérations de lutte (principalement contre le longose et le goyavier et une opération de lutte précoce contre la bignone rose) et 1 opération de sauvegarde (bois de fer et bois jaune) qui y seront menées.

 

Le Département, chef de file de la stratégie de lutte contre les espèces exotiques envahissantes

La lutte contre les espèces exotiques envahissantes (EEE) constitue l'essentiel des programmes de préservation des forêts pilotés et financés par le Département et l’Europe et mis en œuvre par l'ONF et les gestionnaires d'espaces naturels. 600 à 800 ha sont traités tous les ans et près de 20 000 arbres d’espèces indigènes/endémiques sont plantés par an avec un budget annuel alloué de 7 M€ (5M € pour le Département et 2M€ pour l’Europe).