Aller au contenu principal
23 juillet 2019 -

---> Communiqué : Maintien de l’aide compensatoire à la filière Canne : une victoire collective pour La Réunion                   ---> Du 22 juillet au 10 août, la Bibliothèque Départementale est ouverte de 8h30 à 16h, du lundi au vendredi et fermée le samedi, en raison de son inventaire annuel                   ---> Appels à projets en cours : cliquez ici              ---> Découvrez l'agenda départemental des vacances scolaires de juillet-août 2019                                ---> Net Bourses, site internet pour les étudiants : faites votre demande d'aides départementales (1ère demande ou renouvellement) pour l'année universitaire 2019-2020, jusqu'au 31 octobre 2019.        

27 avril 2019 - 15 septembre 2019

Exposition au musée Léon Dierx : Le jour de l'abolition

  • Musée Léon Dierx
  • 09H30  - 17H30
  • Prix entrée au musée : 2€
2019-09-15 17:30:00 2019-09-15 17:30:00 Exposition au musée Léon Dierx : Le jour de l'abolition Exposition "Le jour de l'abolition" avec une installation de Mathilde Fossy "Dissiper la brume"   Présentation Le 20 décembre 1848, le Commissaire de la République Joseph Napoléon Sébastien Sarda-Garriga proclame l’abolition de l’esclavage sur la Place du Gouvernement à Saint-Denis. Plus de 60 000 esclaves obtiennent alors leur liberté. Le tableau d’Alphonse Garreau, peint à La Réunion en 1849, célèbre cet évènement sous une forme allégorique. Un seul individu est identifié dans cette oeuvre : Sarda-Garriga, héros de la République, sujet principal de la composition. La foule des anciens esclaves est anonyme, compacte et ne manifeste aucune joie. Comme l’indique le document que tient Sarda-Garriga, le tableau lie la liberté au travail et au respect de l’ordre. Cette oeuvre d’art est le point d’aboutissement d’une riche iconographie qui, depuis le milieu du XVIIIe siècle, dénonce la traite et l’esclavage en France. Ce tableau est aussi à mettre en relation avec un ensemble de lithographies des années 1847-1848 produites dans la colonie par d’autres artistes et en lien avec l’abolition. Cette peinture mythique de Garreau est également le point de départ de l’installation de Mathilde Fossy : Dissiper la brume, créée pour cette exposition. 170 ans après, Sarda-Garriga est de nouveau mis en présence de ces milliers d’esclaves, révélés dans l’espace muséal. Cette oeuvre, incite à découvrir la réalité historique qu’est l’affranchissement. Un des symboles de cette émancipation est l’attribution d’un nom qui fait disparaître la marque de l’esclavage et donne la possibilité de transmettre un patronyme à sa descendance. Ces noms sont connus par les registres établis par l’administration coloniale entre octobre et décembre 1848. Des 66 livres originaux, seuls 37 subsistent aujourd’hui. Des panneaux transparents, portant les noms donnés aux affranchis, sont disposés afin de créer un parcours au milieu d’une foule symbolique ; l’oeuvre invite le public à la déambulation, à intégrer cette foule. Lettre après lettre, les visiteurs avancent dans cet alphab-héritage. Très denses en début de parcours, les caractères s’étiolent, s’affinent au fil de la balade et laissent de plus en plus passer la lumière. Les visiteurs sortent des nuages noirs du passé et entrent dans un présent clair et brillant auquel ils appartiennent.   En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet)   Informations pratiques Exposition du 27 avril au 15 septembre 2019 Musée Léon Dierx 28, rue de Paris Ouverture au public du mardi au dimanche de 9h30 à 17h30 Musée Léon Dierx CDR admin@extension-interactive.com Indian/Reunion public Ajouter à mon calendrier 2019-09-15 13:30:00 2019-09-15 13:30:00 Exposition au musée Léon Dierx : Le jour de l'abolition Exposition "Le jour de l'abolition" avec une installation de Mathilde Fossy "Dissiper la brume"   Présentation Le 20 décembre 1848, le Commissaire de la République Joseph Napoléon Sébastien Sarda-Garriga proclame l’abolition de l’esclavage sur la Place du Gouvernement à Saint-Denis. Plus de 60 000 esclaves obtiennent alors leur liberté. Le tableau d’Alphonse Garreau, peint à La Réunion en 1849, célèbre cet évènement sous une forme allégorique. Un seul individu est identifié dans cette oeuvre : Sarda-Garriga, héros de la République, sujet principal de la composition. La foule des anciens esclaves est anonyme, compacte et ne manifeste aucune joie. Comme l’indique le document que tient Sarda-Garriga, le tableau lie la liberté au travail et au respect de l’ordre. Cette oeuvre d’art est le point d’aboutissement d’une riche iconographie qui, depuis le milieu du XVIIIe siècle, dénonce la traite et l’esclavage en France. Ce tableau est aussi à mettre en relation avec un ensemble de lithographies des années 1847-1848 produites dans la colonie par d’autres artistes et en lien avec l’abolition. Cette peinture mythique de Garreau est également le point de départ de l’installation de Mathilde Fossy : Dissiper la brume, créée pour cette exposition. 170 ans après, Sarda-Garriga est de nouveau mis en présence de ces milliers d’esclaves, révélés dans l’espace muséal. Cette oeuvre, incite à découvrir la réalité historique qu’est l’affranchissement. Un des symboles de cette émancipation est l’attribution d’un nom qui fait disparaître la marque de l’esclavage et donne la possibilité de transmettre un patronyme à sa descendance. Ces noms sont connus par les registres établis par l’administration coloniale entre octobre et décembre 1848. Des 66 livres originaux, seuls 37 subsistent aujourd’hui. Des panneaux transparents, portant les noms donnés aux affranchis, sont disposés afin de créer un parcours au milieu d’une foule symbolique ; l’oeuvre invite le public à la déambulation, à intégrer cette foule. Lettre après lettre, les visiteurs avancent dans cet alphab-héritage. Très denses en début de parcours, les caractères s’étiolent, s’affinent au fil de la balade et laissent de plus en plus passer la lumière. Les visiteurs sortent des nuages noirs du passé et entrent dans un présent clair et brillant auquel ils appartiennent.   En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet)   Informations pratiques Exposition du 27 avril au 15 septembre 2019 Musée Léon Dierx 28, rue de Paris Ouverture au public du mardi au dimanche de 9h30 à 17h30 Musée Léon Dierx CDR admin@extension-interactive.com Indian/Reunion public
Je m'inscris à l'évènement
Affiche de l'exposition Affiche de l'exposition

Exposition "Le jour de l'abolition" avec une installation de Mathilde Fossy "Dissiper la brume"

 

Présentation

Le 20 décembre 1848, le Commissaire de la République Joseph Napoléon Sébastien Sarda-Garriga proclame l’abolition de l’esclavage sur la Place
du Gouvernement à Saint-Denis. Plus de 60 000 esclaves obtiennent alors leur liberté.

Le tableau d’Alphonse Garreau, peint à La Réunion en 1849, célèbre cet évènement sous une forme allégorique. Un seul individu est identifié dans cette oeuvre : Sarda-Garriga, héros de la République, sujet principal de la composition. La foule des anciens esclaves est anonyme, compacte et ne manifeste aucune joie. Comme l’indique le document que tient Sarda-Garriga, le tableau lie la liberté au travail et au respect de l’ordre. Cette oeuvre d’art est le point d’aboutissement d’une riche iconographie qui, depuis le milieu du XVIIIe siècle, dénonce la traite et l’esclavage en France. Ce tableau est aussi à mettre en relation avec un ensemble de lithographies des années 1847-1848 produites dans la colonie par d’autres artistes et en lien avec l’abolition.

Cette peinture mythique de Garreau est également le point de départ de l’installation de Mathilde Fossy : Dissiper la brume, créée pour cette exposition. 170 ans après, Sarda-Garriga est de nouveau mis en présence de ces milliers d’esclaves, révélés dans l’espace muséal.
Cette oeuvre, incite à découvrir la réalité historique qu’est l’affranchissement.

Un des symboles de cette émancipation est l’attribution d’un nom qui fait disparaître la marque de l’esclavage et donne la possibilité de transmettre un patronyme à sa descendance. Ces noms sont connus par les registres établis par l’administration coloniale entre octobre et décembre 1848. Des 66 livres originaux, seuls 37 subsistent aujourd’hui. Des panneaux transparents, portant les noms donnés aux affranchis, sont disposés afin de créer un parcours au milieu d’une foule symbolique ;
l’oeuvre invite le public à la déambulation, à intégrer cette foule. Lettre après lettre, les visiteurs avancent dans cet alphab-héritage. Très denses en début de parcours, les caractères s’étiolent, s’affinent au fil de la balade et laissent de plus en plus passer la lumière. Les visiteurs sortent des nuages noirs du passé et entrent dans un présent clair et brillant auquel ils appartiennent.

 

En savoir + en consultant notre dossier thématique (nouvelle page internet)

 

Informations pratiques

Exposition du 27 avril au 15 septembre 2019
Musée Léon Dierx
28, rue de Paris
Ouverture au public du mardi au dimanche de 9h30 à 17h30

Je propose un évènement

+

S'inscrire à l’évènement

Je propose ma vidéo