17 sept. 2020

"Nous et les autres : des préjugés au racisme" : Présentation de l'exposition aux Archives départementales - 2020

Discours de présentation de l'exposition Discours de présentation de l'exposition
Ouverture de l'exposition Nous et les autres : des préjugés au racisme Ouverture de l'exposition Nous et les autres : des préjugés au racisme
Vincent Fontano, comédien, Chantal Manès Bonnisseau, rectrice de l'académie, la Vice-Présidente aux affaires culturelles et Damien Vaisse, responsable des Archives départementales Vincent Fontano, comédien, Chantal Manès Bonnisseau, rectrice de l'académie, la Vice-Présidente aux affaires culturelles et Damien Vaisse, responsable des Archives départementales

Le racisme est le sujet de la nouvelle exposition inaugurée aux Archives départementales de La Réunion par la Vice-présidente du Département déléguée à la culture et la Rectrice de la Région académique de La Réunion, ce 17 septembre.

 

Lancée à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine et intitulée « Nous et les autres, des préjugés au racisme », cette exposition plus que jamais d’actualité a été conçue par le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et présentée au Musée de l’Homme. Adaptée pour les Archives départementales et proposée avec le partenariat de l’Académie de La Réunion, elle sera aussi en itinérance dans des établissements culturels et scolaires.

 

Le comédien, Vincent Fontano, a ouvert l’inauguration par la lecture d’un texte qu’il a écrit, intitulé « Nègre ». En choisissant cette thématique complexe, les Archives départementales sortent du cadre traditionnel de l’exposition historique, même si l’exposition consacre une partie à l’histoire et explore aussi les domaines tels que l’anthropologie, la biologie, la sociologie. Cette exposition promeut l’humanité dans toute sa diversité, son unicité à travers un regard distancié et impartial, documenté et nourri.  Comment se construisent ces préjugés, comment à partir d’idées reçues peuvent se développer des comportements de rejet de l’autre, quel modèle pour vivre ensemble dans le respect de l’égalité des droits ? Par une investigation qui est la fois sociologique et scientifique et historique, cette exposition permet d’expliquer les mécanismes qui conduisent au racisme et de comprendre comment déconstruire cette idéologie.

« Présenter une exposition sur le racisme est malheureusement une nécessité et une urgence » a souligné la Vice-présidente du Département, ajoutant que « des événements récents aux Etats-Unis sont là pour nous le rappeler. Au-delà de la condamnation des pratiques racistes, loin du phénomène médiatique, en dehors des réseaux sociaux, ces faits brutaux et intolérables ont invité les pays, les peuples, les organisations, à s’interroger. A interroger leur propre rapport à l’Autre, leurs discours, leurs postures, leur conscience.   Même à La Réunion, dans notre île souvent présentée comme un exemple du « vivre ensemble », il arrive que certains actes ou que certains propos révèlent la persistance de préjugés bien ancrés. Pour lutter efficacement contre les attitudes d’exclusion, il faut apprendre à en saisir ses composantes psychologiques, pour mieux les déconstruire et en combattre les conséquences. C’est le propos de l’exposition inaugurée ce soir et le visiteur est en effet invité à une prise de conscience des processus à l’œuvre dans la fabrication du racisme ».

 

Ce travail de lutte contre les préjugés et les discriminations doit passer aussi et surtout par l’école

Les supports de l'exposition sont multiples : multimédias, faits historiques, données scientifiques et statistiques, et aussi, dans les vitrines, des objets emblématiques, prêtés par le Musée de l’homme, par des particuliers, les musées de la Région.

Ce travail de lutte contre les préjugés et les discriminations passera aussi par l’école, un souhait de la Collectivité et du Rectorat. Comme l’a précisé la Rectrice de La Réunion, les objectifs sont simples « Nous portons des valeurs, et cette exposition nous rappelle notre devoir de porter ces valeurs. Ce sont les valeurs de la République, valeurs que l’école se doit d’expliquer, d’illustrer, de rendre actuelles et de faire vivre à chacun de nos élèves. Je souhaite que cette exposition trouve auprès des enseignants un large écho, qu’elle soit exploitée pour débattre en classe pour travailler sur des grandes questions que sont le racisme, l’antisémitisme, le génocide, l’esclavagisme, la xénophobie, l’apartheid, les discriminations autant de questions au programme d’histoire, de géographie, de philosophie, et simplement du parcours citoyen. C’est bien notre rôle d’éducateur que de faire prendre conscience aux enfants du CM1 jusqu’à au-delà du Baccalauréat que le pire et le meilleur doivent lutter pour que le meilleur gagne et que la souffrance cesse d‘exister et d’empêcher les hommes et les femmes de vivre ensemble. La Direction des Affaires Culturelles a mis en place plusieurs parcours pluridisciplinaires et des médiations culturelles à partir de l’exposition. Ces actions touchent autant au parcours citoyen de l’élève qu’au volet culturel des établissements scolaires. Elles concernent entre autre le développement d’un esprit critique avec des approches plurielles. Je suis aujourd’hui très heureuse d’être ici et je tiens à témoigner de la qualité, du caractère très touchant, très humain mais également très pédagogique de cette exposition qui porte sur des enjeux complexes, qui sont actuels ».

Pour être au plus près des élèves, le Département et l’Académie ont souhaité développer un parcours mobile, une version plus allégée pour aller à la rencontre des publics éloignés des structures culturelles et de rencontre. Elle sera ainsi plus accessible à tous. Outre le public scolaire, un travail sera mené avec les associations d’éducation populaire pour diversifier les publics. Des rencontres, des ateliers, des performances artistiques seront programmées au cours de l’année prochaine. Enfin des journées d’études et de recherches seront organisées autour de la venue de la commissaire de l’exposition, Evelyne Heyer.

L'exposition est à découvrir jusqu'au 30 juin 2022.

 

Plus d'informations sur cette exposition : Nous et les autres : des préjugés au racisme (ouverture dans une autre page)

 

Entrée libre et gratuite jusqu'au 30 juin 2022, du lundi au vendredi, de 8 h à 16 h.
archives.departementales@cg974.fr

 

Transcription textuelle de la vidéo :

Ambiance

Vincent FONTANO, Comédien

Nègre n’est pas une insulte, je l’ai appris, dans ma chair, par mes viscères, Nègre n’est pas une insulte, nègre est une cage, nègre est un statut, nègre est un 32 en suspension sur la tête d’hommes et de femmes noires.

 

Commentaires

Les mots sont pesants, tout le monde s'accorde à dire que le racisme ce n’est pas bien. 

Ainsi cette exposition du muséum d'histoire naturelle de Paris, permet de comprendre tous les mécanismes de la construction de la haine de l'autre. 

 

Ambiance discours

 

Chantal MANÈS-BONNISSEAU, Rectrice de l’académie de La  Réunion

C’est de faire prendre conscience aux enfants du CM1, jusqu’au baccalauréat que le pire et le meilleur doivent lutter pour que le meilleur gagne et que la souffrance rappelée encore une fois par le poète, cesse d’exister et d’empêcher les hommes et les femmes de vivre.  

 

Ambiance visite guidée

 

Commentaire

Faire venir cette exposition est le fruit d’un travail partenarial de longue date. 

 

Ambiance  guide

Dans cette commune, il est interdit aux chiens, aux nègres et aux mexicains de pénétrer.

 

Commentaires

Ces panneaux donnent des regards multiples sur le mécanisme du racisme et notre île comme le reste de la planète a besoin de comprendre. 

 

Clotilde BRIERE, Professeur de philosophie, Professeur référent de l’exposition

Alors, il ne s’agit pas d’être pessimiste et de penser que nous sommes racistes à La Réunion. Mais il faut être vigilant sur les dérives parfois essentialisantes ou discriminantes que nous pouvons mettre en œuvre parfois à l’égard de minorités ou des derniers arrivés. 

Mais cela vaut pour toutes les identités ethniques en réalité. Je pense à l’expression « Malbar 3V » qui est absolument insultante et infamante ou « Malbar Yenyen » ou « Yab chouchou »… Tout ça sont des expressions qui sont courantes et qui véhiculent des préjugés stéréotypes desquels il faut apprendre à se prémunir. 

 

Commentaire :

Un chantier pertinent pour une collectivité comme le Département qui gère notamment tous les collèges de l’île. Et dans ce contexte covid, cette exposition ira à la rencontre du public. 

 

Vice-présidente du Département, déléguée à la culture

Il y aura des formats de cette exposition qui sont itinérantes et qui iront dans les collèges, dans les écoles, vers des associations et permettre des échanges sur le sujet. Permettre à ce qu’il y ait des réflexions qui prennent en compte toutes les valeurs que nous préconisons. Les valeurs républicaines, les valeurs citoyennes. Et faire en sorte que nous puissions aller au-delà et avoir une façon plus libre de parler de ces sujets. De déconstruire pour reconstruire mieux et avoir un mieux vivre ensemble en toute liberté. 

 

Commentaire

Cette présentation ouvre les festivités des journées du patrimoine un peu particulières avec la crise COVID. Une situation difficile qui nécessiterait, peut-être, de mieux comprendre tous les éléments de contexte qui alimentent notre cité.  

 

Insert : departement974/culture

 

Ambiance  poète Vincent FONTANO

Et depuis, je me débats…. Applaudissement…. Merci.

 

UN reportage d’Alexandre GILLES

Département de La Réunion / 974TV © Septembre 2020

Concertation Citoyenne pour élaborer le plan de Transition Écologique et Solidaire

Concertation Citoyenne du 16 octobre au 16 novembre