23 août 2019

La Réserve naturelle de l’Etang Saint-Paul labelisée site d'importance internationale Ramsar - 2019

L'Etang Saint Paul est le 3eme site en outre-mer à être reconnu comme une zone humide d'importance internationale L'Etang Saint Paul est le 3eme site en outre-mer à être reconnu comme une zone humide d'importance internationale
La réserve naturelle de l'Etang Saint Paul a obtenu une distinction internationale La réserve naturelle de l'Etang Saint Paul a obtenu une distinction internationale
La maison de la Réserve de l'Etang saint Paul a été inaugurée dans la continuité du Prix RAMSAR La maison de la Réserve de l'Etang saint Paul a été inaugurée dans la continuité du Prix RAMSAR
Un "Bois de Senteur blanc", espèce endémique protégée, a été planté dans le patio des services administratifs de la Réserve Un "Bois de Senteur blanc", espèce endémique protégée, a été planté dans le patio des services administratifs de la Réserve

C’est la 12ème zone humide située dans un département d’Outre-mer à être distinguée par le label Ramsar.

Depuis le 1er août, l’Etang Saint-Paul a rejoint les 49 sites sur la liste des zones humides d’importance.

Une reconnaissance qui permet aux 447 hectares de l’Etang Saint-Paul de bénéficier d’un programme de protection et de préservation amplifié au niveau national et international.

 

Le label Ramsar,  du nom de la ville en Iran où a été ratifiée la convention sur les Zones Humides d’importance internationale n’est pas très connue des Réunionnais mais va sûrement le devenir.  Car désormais, La Réunion, plus précisément l’Etang Saint-Paul, rejoint la liste des régions labelisées Ramsar pour la richesse de son site. Comment se déroule cette inscription ?  Il s’agit d’attribuer un label à certaines  zones humides qui présente un intérêt international. C’est le seul traité mondial portant sur ces écosystèmes exceptionnels essentiels pour la conservation des milieux naturels.  Parmi les zones déjà distinguées, la Réserve Naturelle Nationale des Terres Australes françaises avec plus de 2,3 millions d’hectares, la Petite Camargue dans le sud de la France, la baie du Mont Saint-Michel, les marais salants de Guérande ou encore l’Ile Europa dans le canal du Mozambique. Depuis le 1er août, la Réserve de l’Etang Saint-Paul a rejoint ces sites remarquables en terme de préservation de la biodiversité. Le site labelisé comprend l’étang mais également les ravines adjacentes qui se trouvent être la plus grande zone humide protégée des Mascareignes et la mieux préservée.

C’est la commune de Saint-Paul qui est le gestionnaire de la Réserve Naturelle à travers une régie (RNNESP) qui est chargée de protéger et valoriser le site. C’est d’ailleurs grâce au travail remarquable de cette régie et de l’engagement de la Réserve que l’Etang Saint-Paul devient une zone humide d’intérêt international. Une reconnaissance qui s’inscrit d’emblée dans le plan national d’action en faveur des zones humides lancé par le Ministère chargé de l’Ecologie, ce qui matérialise l’engagement de l’état signataire de la convention à en assumer la gestion. « Ce label apporte une valeur mondialement reconnue à un site exceptionnel… » a déclaré Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Le financement de la Réserve de l’Etang Saint-Paul est principalement assuré par la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), le Département de La Réunion, la Commune de Saint-Paul et par le TCO (Territoire de la Côte Ouest).

 

40 % du site, propriété du Département

447 hectares dont 40 % qui sont la propriété du Département. La Réserve Naturelle de l’Etang Saint-Paul a depuis plus de 20 ans constitué une zone prioritaire d’intervention au titre des Espaces Naturels Sensibles (ENS) pour notre collectivité.  Il faut savoir que l’Etang Saint-Paul est situé en zone périurbaine et subit donc les conséquences directes de l’urbanisation, des remblaiements, des pollutions, des espèces invasives, du braconnage et des incendies. Au début du 20ème siècle, on comptait 130 hectares de surface en eau, aujourd’hui on en compte plus que 14. Un site fragile d’une extrême richesse qui abrite des espèces animales et végétales qui participent au maintien de la diversité biologique et génétique des Mascareignes et de l’ouest de l’océan Indien. On y rencontre différentes espèces d’oiseaux d’eau, héron strié, poule d’eau, busard de Maillard dit Papangue… ainsi que plusieurs espèces de poissons et de crustacés indigènes comme les anguilles du Mozambique ou encore la loche des sables. On peut y voir des chiroptères (chauves-souris) et l’infiniment petit fourmille d’insectes.

Une zone humide essentielle qui permet de maintenir un équilibre  notamment dans la prévention des dangers naturels puisqu’elle limite le risque d’inondation en cas de fortes pluies en retenant l’eau qu’elle restitue en période de sécheresse. Un espace qui joue également un rôle essentiel pour atténuer le changement climatique.

Au même titre que l’inscription de nos pitons et cirques au patrimoine de l’Unesco, le label Ramsar permet de valoriser le territoire et d’augmenter sa visibilité à l’international. Ce qui a pour conséquence directe de constituer un levier économique important notamment en matière d’écotourisme et de développement économique responsable et durable.

Richesse naturelle mais également richesse culturelle puisque l’Etang Saint-Paul c’est aussi le berceau du peuplement de La Réunion avec de nombreux vestiges comme la Grande Maison de Savanna, le moulin à eau, la poudrière, l’usine sucrière…

Une histoire d’hier, mais surtout d’aujourd’hui, qui continue à s’écrire, avec les rires des enfants qui profitent de la fraîcheur de la rivière au niveau du moulin à eau, les familles Réunionnaises avec leur carry pour le pique-nique du dimanche ou encore les ti pêcheurs à la gaulette le long des berges qui perpétuent la tradition. Une respiration au coeur de la ville. A l’Etang Saint-Paul, le temps semble s’être arrêté.

 

Version textuelle du reportage vidéo sur l’inauguration de la maison de la réserve :

Commentaires :

Au bout de cette rue du quartier de Savanah, le Département inaugure une nouvelle structure.

 

Ambiance visite

Cyrille MELCHIOR, Président du Département

Alors ici monsieur le préfet, vous avez donc le nouvel espace  avec des aménagements annexes qui sont faits à partir du bois de goyavier. Et juste à côté de vous, à l'arrière, puisque nous sommes propriétaires de ces espaces. On va installer un atelier bois de goyavier, ici à Savannah, de façon à pouvoir travailler sur toute la micro région ouest.

 Tous mes vœux de réussite dans vos missions au service de la population réunionnaise et des espaces naturels.

 

Commentaires :

Une stratégie d’aménagement globale du site est prévue. Ce bâtiment est une première étape qui a nécessité 600 000 euros d’investissement. Un grand pas, selon les agents de la réserve, qui travaillent sur une grande zone humide.

 

Ambiance panneau de la réserve

 

Samuel TSIMARIVO, Chef d’équipe

Déjà au niveau de l’espace tout ça, parce qu’avant on avait une maison qui était vraiment très serrée. Et on ne pouvait pas circuler. Et plus d'hygiène aussi. Maintenant, on va pouvoir plus travailler quoi…

 

Commentaire :

Entouré d’arbre endémique, représentant la grande biodiversité de ce territoire naturel, ce lieu devient un outil essentiel de développement. 

 

Cyrille MELCHIOR, Président du Département

C'est un outil dédié, bien sûr, à l'accueil du public parce que les gens ont besoin de savoir, c'est quoi la réserve ? Où sont situés les locaux de la réserve. Donc, on visualise la réserve, c'est un espace de travail aussi pour les 22, 25 agents de la réserve. Et quand je passe, j'entends les gens me dire : « Cyrille MELCHIOR, on veut faire du canoë Kayak sur l'étang saint Paul » Comment on fait ?

 Et bien vous pourrez venir ici faire vos réservations à Savannah dans les locaux de la réserve.

 

Commentaire :

Tous sont unanimes, cet outil est un nouvel élan. Un relai des nombreux usages. 

 

Pascal HOAREAU, Directeur de la réserve de l’étang St Paul

On a déjà énormément visiteurs sur la réserve, en fait mais ils sont répartis, peut guider, peu de zones identifiée. On voit énormément de personnes. On estime à 100 000 personnes, le nombre de personnes qui viennent visiter l’étang dans l'année. Donc, on est autant qu'une maison du volcan, fraîchement rénovées. Donc, c'est quand même des sites très importants. On pense qu'on peut faire plus de gens mais en les canalisant. Et en leur offrant, quelque chose, qui soit de nature à permettre un développement du territoire.

 

Commentaire :

Réhabilitation de la grande maison de Savannah, réhabilitation des viviers, valorisation agricole et apicole situé en périmètre de la réserve… Bien des projets sont à venir dans l’un des espaces naturels sensibles de notre Département.  

 

Un reportage d’Alexandre GILLES

Département de La Réunion- 974TV © août 2019

 

 

Version texte de la vidéo sur le label Ramsar :

MUSIQUE

Commentaire :

495 hectares d’étang, 5 ravines, le cadre de vie de nombreuses espèces… Le potentiel de la réserve naturelle de l’étang St Paul n’est plus à démontrer.

 

Commentaire :

Et si tous les acteurs majeurs se sont retrouvés, pour recevoir le prix RAMSAR, c’est qu’ils ‘agit d’un événement.

 

Pascal HOAREAU, Directeur de la réserve de l’étang St Paul

Derrière ce label Ramsar, qui a une importance, c'est un label très élitiste qui reconnaît des zones humides d'importances internationales, donc c'est quand même pas rien. On est à la recherche d'un gagnant, gagnant sur le territoire. Ce gagnant, gagnant on l’apporte à travers, l'attractivité de notre territoire.

 

Commentaire :

Un regard avisé sur un site d’importance local, national et international…

 

 

Bernadette ARDON, Présidente de la SREPEN

Et vous savez que convaincre prend du temps, il faut du temps. Mais faut des générations pour que les gestes soient de bons gestes.  Et que les gens prennent vraiment conscience. La réunion, c'est une poule aux oeufs d'or. Mais est ce que tous les réunionnais en ont conscience ?

L'étang de saint Paul est dans la commune de Saint Paul mais ça concerne tous les réunionnais.

Nous avons l’étang de Bois rouge, nous avons le Grand étang, l’étang du Gol. Tous les habitants doivent se sentir concernés et se dire, tous les plans d'eau devraient connaître le même dynamisme et la même protection.

Tout en laissant les usages aux habitants.

 

Commentaire :

Le chemin pour arriver à ce label n’a pas été de tout repos. Depuis plus de 20 ans, cet espace naturel sensible est protégé et géré par le Département.

 

 

Ambiance discours du président du département

La réserve de l’étang n’appartient pas qu’au St Paulois, cette réserve n’appartient pas qu’aux réunionnais. Cette réserve elle appartient à la nation, mais elle appartient à l’humanité. C’est pour ça que nous devons la préserver.

 

Cyrille MELCHIOR, Président du Département de La Réunion

Heureux quand on voit tout ce qui est fait pour améliorer la situation de ces espaces naturels. Notamment de l'étang Saint-Paul, un travail remarquable de préservation.

Mais quand même un peu inquiet parce que sans cesse, il y a des nouvelles menaces qui arrivent. On a parlé de la mousse des fruits, la mouche orientale, il y a des lianes qui envahissent les forêts réunionnaises.  Et ces espaces ici, notamment l'eau.  L'eau  qui deviendra une denrée de plus en rare, c'est pour ça qu'ils nous convient de la préserver. Mais vous savez, quand je dis que je suis inquiète, je suis quand même motivé, nous portons une belle ambition et nous sommes dans l'action.

 

Commentaire :

Bois de paille en queue, Papangue ou encore Butor,… même si ce label offre une reconnaissance, l’équilibre durable du milieu dépendra de chacun d’entre nous.

 

Un reportage d’Alexandre GILLES

Département de La Réunion- 974TV ©août 2019

Vous aimerez aussi...

+

S'inscrire à l’évènement