Aller au contenu principal
27 févr. 2019

Salon International de l’Agriculture à Paris 2019 : les produits réunionnais arrivent dans les magasins de l’Hexagone

les participants à la table ronde posent pour la photo de groupe les participants à la table ronde posent pour la photo de groupe
signature de l'accord-cadre entre le Directeur de la marque "La Réunion des Talents" Jean-Pierre Nallac et le vice-Président du Département de La Réunion délégué à l'agriculture Serge Hoareau signature de l'accord-cadre entre le Directeur de la marque "La Réunion des Talents" Jean-Pierre Nallac et le vice-Président du Département de La Réunion délégué à l'agriculture Serge Hoareau

Mercredi 27 février, le Département de La Réunion et La Réunion des Talents ont signé un accord-cadre pour la promotion, la distribution et la vente de produits réunionnais sur le territoire national et européen, et à travers les enseignes Leclerc. 

« Tout commence en 2013, en partenariat avec la SCA Normande (une centrale achat du groupe Leclerc en Normandie et en Bretagne), une première opération d’exportation et commercialisation des fruits de saison a été engagée avec succès vers les magasins E. Leclerc de la région normande », raconte en préambule l’accord-cadre. On peut même remonter à 2009, lorsque l’arrivée de l’enseigne Leclerc à La Réunion suscite chez les producteurs réunionnais l’opportunité de déployer leurs produits dans ces enseignes. Après les fruits de saison en 2013 arrivent, dans les mêmes magasins, une gamme épicerie en 2015. Puis en 2017, « la SCA Normande a souhaité voir élargir les gammes de produits réunionnais à travers une opération saisonnière autour de la destination Réunion ».

« Fort de cette expérience (…), La Réunion des Talents (une marque Leclerc Réunion qui regroupe les produits réunionnais) a pour ambition de dupliquer cette expérience en 2019 vers d’autres Centrales Leclerc » hexagonale. Le but, à terme, est que les produits réunionnais soient référencés dans les 16 centrales d’achats Leclerc de l’Hexagone pour se retrouver dans les rayons du distributeur dans toutes les régions où il est présent. A travers cet accord-cadre, La Réunion des Talents s’engage notamment à « proposer une gamme de produits agricoles et agroalimentaires de La Réunion auprès des magasins Leclerc de la France hexagonale et de l’étranger », à « acheter ces produits au juste prix auprès des producteurs, coopératives, artisans ou industriels » et à « assurer la promotion des produits réunionnais en magasins ».

 

De son côté, le Conseil Départemental de La Réunion s’est engagé à « mettre en relation » les producteurs agricoles avec La Réunion des Talents, à travers un « catalogue des productions existantes ». Le Département devra aussi indiquer les productions potentiellement exportables, et « mobiliser ses leviers de conseil, de formation, et de soutien à l’innovation et à l’expérimentation » pour « permettre aux agriculteurs de répondre au mieux aux attentes de La Réunion des Talents et du marché métropolitain ». Enfin, le Département s’engage à « favoriser l’amélioration et la montée en gamme des produits agricoles, notamment via des labellisations d’origines ». « Nous sommes au début d’une aventure humaine » a déclaré Pascal Thiaw-Kine, de Lerclerc Réunion, qui souhaite « mettre en valeur un savoir-faire » et « vendre La Réunion dans toute sa dimension ».

 

retranscription textuelle de la vidéo :

Voilà un acte d'achat normale en Normandie. L’achard chouchou massalé, une gamme de produits réunionnais, font partie des rayons Leclerc. Comment cela est-il possible ? comment le modèle a été créé ?

[Musique]

 

La création d’un modèle : La Réunion des Talents.

 

Le produit

Tout part donc de ce chouchou sur les remparts du Cirque de Salazie. Plus de 5000 tonnes sont produites chaque année. Partie intégrante du patrimoine de La Réunion tout est bon dans le chouchou.

[Musique]

Voilà pourquoi chez Oté Gran Mèr on le traite dans le respect de la tradition.

 

Cédric DALY, Société Tradition 974 « Oté Gran Mèr » :

On a réceptionné le chouchou de Salazie, donc là ça part en salle de parage pour qu’avant midi ça part en cuisson, conditionnement et pasteurisation.

[Musique]

 

On mise vraiment, sur ben surement sur le côté très traditionnel dans les recettes etc… parce que chouchou massalé déjà sa parle de lui-même.

 

Commentaire :

Dans toutes les enseignes de La Réunion ces produits représentatifs sont dispersés dans les rayons concurrents. Une rencontre a fait germer une idée.

 

La marque

Pascal THIAW KINE, PDG Leclerc La Réunion :

La demande est né en 2009. Les producteurs locaux ont interpellé Michel Edouard Leclerc en disant, monsieur Leclerc, est-ce que vous pouvez nous aider nous entrepreneurs, industriels, producteurs locaux, à référencer les produits dans les magasins métropolitain. La réponse a été oui. Simplement que en 2009 / 2010, lorsqu'on a initié ce chantier, les producteurs se voyaient entre eux comme des concurrents potentiels. Et donc on a fermé le dossier parce que les mentalités n'étaient pas prêtes. Je pense que nous aussi chez Leclerc à La Réunion nous n'étions pas prêts. Et c'est vrai que, au cours de ces dix dernières années on a pris conscience de ce que c'est que la dimension de la mutualisation et la dimension en fin de compte, de travailler pour, dans l'intérêt général du plus grand nombre. Une entreprise comme Leclerc à La Réunion, acteur, deuxième acteur de la grande distribution, ne peut pas être insensible au développement de son territoire.

 

Commentaire :

Il a donc fallu attendre dix ans que le collectif grandisse, mûrisse le projet. Et c’est l’ananas qui a ouvert les portes de l'export.

 

Pascal THIAW KINE, PDG Leclerc La Réunion :

Un jour on a décidé de commencer, de commencer par les ananas, parce qu'il y avait de la demande. Le commerce ça n’a pas de taille, on a tous, mes grands parents ils ont démarré comme ça. Et c'est pas aujourd'hui quand on est deuxième acteur qu'il faut être assis dans un bureau forcément, c'est au contact du terrain.

 

Cédric DALY, Société Tradition 974 « Oté Gran Mèr » :

Aujourd'hui Leclerc nous demande pas ça il dit écoute, fais-moi de la qualité, mets-moi le bon prix, il faut que tu gagnes ta vie, il faut qu'on gagne notre vie, et il y a vraiment un contrat gagnant gagnant. Et c'est super intéressant pour les petites entreprises comme la note parce que ça nous fait rêver aussi. On commence avec pas grand-chose, un petit garage de chez nous, on passe à un atelier de 250 m² donc on passe vraiment dans une autre, une autre dimension. Et avoir Leclerc qui nous accompagnent, qui nous pousse, ben je pense que c'est ce que je souhaite à plein de petites entreprises comme la mienne.

[Musique]

 

L’export

Direction la Normandie avec une centrale d'achat qui ouvre les portes de la métropole pour nos produits.

 

Michel KROLAK, SCA Normande, Adhérent Leclerc Normanville :

Nous avons commencé à regrouper tous ces partenaires de La Réunion, sous la spécification Réunion des Talents. Nous avons créé une liste de produits avec l'équipe La Réunion des Talents, que nous stockons en centrale, et au fil de l'eau les magasins commandent ses produits, et nous avons un acheteur en centrale qui commande ces produits pour réapprovisionner, pour éviter les ruptures. Il les commande directement à La Réunion, ça arrive par bateau, c'est déchargé au Havre, ensuite depuis le Havre ça arrive sur notre centrale à Lisieux en SCA Normande, et de la SCA Normande ça arrive dans nos magasins.

 

Commentaire :

Voilà donc comment nos produits se retrouvent achetés en Normandie. Le modèle existe. Peut-il s'étendre aux 500 enseignes Leclerc de France ? Peut-il être répliqué à d'autres enseignes ? C'est le souhait de la collectivité départementale qui rassemble aujourd'hui ses acteurs autour de la table.

 

L’avenir

Serge HOAREAU, Vice-président du Département délégué à l’agriculture :

La réussite de cette ambition passe par tout simplement un travail collectif porté par plusieurs partenaires, et nous saluons l'engagement qui a été pris par Leclerc pour pouvoir justement nous offrir cette belle opportunité. Et c'est aussi quelque part la concrétisation de notre présence au salon international de l'agriculture, puisque maintenant les portes s'ouvrent à La Réunion, et les produits agricoles de La Réunion, les produits transformés de La Réunion vont pouvoir se retrouver sur les étals de plusieurs grandes surfaces ici en métropole.

Le « ici en métropole » vous l’avez bien compris c'est depuis ici, aujourd’hui.

 

La table ronde

Serge HOAREAU, Vice-président du Département délégué à l’agriculture :

On a un savoir-faire et il faut le faire savoir. Je trouve ça excellent.

 

Cédric DALY, Société Tradition 974 « Oté Gran Mèr » :

On va se faire bouffer comme ça si on, ben si on continue chacun à batailler dans son ti coin.

 

Julie CHALET, Société « Chatel » :

On gagne en flexibilité et en vitesse de d'approvisionnement parce que le point que soulignait Nicolas c'est justement le problème, c'est comment être compétitif par rapport à nos concurrents on va dire mondiaux parce qu'aujourd'hui on parle bien de ça.

 

Virginie K’BIDY, Vice-présidente de la Région Réunion :

Tout le monde est prêt, et il faut absolument qu'on arrive à vous apporter ses solutions.

 

Zouer HACHEMAOUI, Société « French Bee » :

Nous en tant que compagnie aérienne, l'idée c'est vraiment de vous aider à développer vos produits.

 

Nicolas MOREAU, Société « Royal Bourbon » :

Y a 47 jours de bateau pour arriver en France, 40 jours à partir de Maurice et 30 jours à partir de Madagascar.

 

Pascal THIAW KINE, PDG Leclerc de La Réunion :

Pour moi l’aide d’une collectivité doit aider à l’amorçage. Mais un moment donné, ben il faut être capable d’être grand et de marcher tout seul les gars.

 

Jean-Pierre NALLAC, Directeur « La Réunion des Talents » :

La présence du Département aujourd'hui servira surtout à ça. À non seulement nous permettre de fédérer mieux, on a aussi entendu parlé tout à l'heure et ça fait un moment qu'on bosse dessus, c'est la logistique locale. Vous avez entendu parlé de la logistique métropolitaine qui est celle de Leclerc aujourd'hui et qui nous permet d'avoir, de bénéficier des tarifs qu’on a aujourd'hui pour arriver chez Leclerc, mais il faut aussi organiser cette logistique localement. Et là-dessus je pense que le Département un rôle à jouer.

 

 

Département de La Réunion – 974TV © Février 2019

Réalisation : Alexandre Gilles

Remerciements : Direction de l’Agriculture Département, L’équipe de Tradition 974, Leclerc et la SCA Normande

©Outremers360

Vous aimerez aussi...

+

S'inscrire à l’évènement

Je propose ma vidéo