28 déc. 2019

Dotation Biodiversité pour découvrir un espace naturel remarquable (ENS) et contribuer à sa protection

 

Emmener chaque année les écoliers et collégiens de La Réunion découvrir un espace naturel remarquable et contribuer à sa protection

Le dispositif « Dotation Biodiversité » a notamment pour objectif de faire découvrir les espaces naturels remarquables et contribuer à leur protection. Il prévoit une dotation par classe et par année scolaire.

Un autre objectif est de sensibiliser les adultes de demain sur les milieux remarquables de l’île, fruits de la politique de préservation et de valorisation du patrimoine naturel menée par le Département de La Réunion depuis près de vingt ans et représentant aujourd’hui 80% des territoires inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité.

Ces rencontres et partages de connaissances issus de projets pédagogiques construits entre l’établissement scolaire et la structure gestionnaire du site accueillant la classe permettront aux  éco-citoyens de demain de :

  • s’approprier les richesses de la biodiversité
     
  • appréhender la nécessité de protéger la nature
     
  • découvrir les métiers de l’environnement

 

Le dispositif « Dotation Biodiversité » pour découvrir un espace naturel remarquable et contribuer à sa protection concerne les écoles primaires et collèges publics et privés, dans les conditions décrites dans le Règlement d'attribution :

  • 300 € par an et par classe alloué au transport pour la découverte d’un espace naturel remarquable dont la liste est annexée au présent règlement.
     
  • 500 € par an et par classe alloué au transport pour la découverte d’un espace naturel remarquable (dont 300 € maximum pour le transport) ET à la mise en oeuvre d’un arboretum d’espèces endémiques et indigènes, le cas échéant à l’installation d’un rucher pédagogique. Un seul arboretum et rucher pédagogique sera financé par établissement scolaire.

 

Toutes les informations et les documents (formulaire de demande de subvention, règlement d'attribution, liste des Espaces Naturels concernés, bilan du projet à renseigner), dans notre rubrique Guide des Aides ici (s'ouvre dans une autre page internet)

 

En savoir plus 

L’île de La Réunion, une priorité mondiale en termes de conservation de la biodiversité 

  • un des 34 hotspots de biodiversité terrestre mondiale et un des 10 hotspots de la biodiversité marine

 

  • des taux d’endémisme records sur le plan planétaire : 28 % des espèces vasculaires endémiques de La Réunion (46 % d’endémisme à l’échelle des Mascareignes), 37 % des coléoptères, 45% d’oiseaux

 

  • une extrême diversité de milieux terrestres avec 130 types d’habitats identifiés

 

  • une végétation indigène couvrant 30 % de la surface de l’île en forêt primaire

 

  • près du tiers des espèces endémiques de La Réunion menacé d’extinction, malgré les efforts déployés depuis près de 30 ans par l'ensemble des acteurs pour doter les milieux naturels de l’Ile de mesures de protection forte

 

  • les « Pitons, Cirques et Remparts » de La Réunion classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco en août 2010 (consulter la publication, ouverture dans une autre page),

 

  • la Réserve naturelle nationale de l’Etang de Saint-Paul inscrite zone humide d'importance internationale au titre de la convention RAMSAR en août 2019 (consulter la publication, ouverture dans une autre page)

 

Le Département de La Réunion : le chef de file de la préservation de la Biodiversité de La Réunion

  • compétent au titre de la loi (loi n°85-729 du 18 juil.1985 codifiée aux articles LL142-1 code de l’urbanisme), pour mener une politique de protection et de valorisation des espaces naturels sensibles, en vue de leur ouverture au public,

 

  • premier propriétaire forestier de l’île (95% des forêts) : environ 100 000 ha, soit 40 % du territoire de l’île, dont près de 80 % constituent le cœur de Parc National de La Réunion, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité,

 

  • principal financeur, aux cotés l’Europe, des programmes de travaux mis en œuvre pour la préservation et la valorisation de ces espaces naturels : 20 M€ par an (travaux de lutte contre les espèces invasives, restauration des milieux naturels, plantations, aménagements pour l’accueil des publics, entretien des sentiers, des sites touristiques, ouvrages de sécurité et voierie forestière, défense des Forêts Contre l’Incendie, sensibilisation et implication de la population)

 

  • chef de file du réseau de gestionnaires d’espaces naturels qui englobe notamment l'ONF, les associations gestionnaires d'E.N.S., les 2 réserves nationales (Etang Saint-Paul et Réserve Marine) et la SPL EDDEN

+

S'inscrire à l’évènement